Fiche projet – FRIPT (Glencore)

FRIPT = Fiabilisation, Réhabilitation et renforcement des Infrastructures SNEL de Production (Inga, Nzilo) et de Transport (continu et alternatif)

Le projet FRIPT prévoit un grand investissement dans les infrastructures d’électricité de la Société Nationale de l’Electricité (SNEL), y compris une partie de l’outil de production au Katanga et au Kongo Central, ainsi que le dispositif de transport de l’électricité sur les 1 700 kilomètres qui relient le Kongo Central au Katanga. Un protocole d’accord (29/08/2011) a été signé entre plusieurs entreprises privées et publiques ainsi que des institutions internationales pour mener à bien le projet. Le principal investisseur est la firme internationale basée en Suisse Glencore qui souhaite obtenir une énergie fiable et à bas coût pour ses activités minières dans la région.

Les acteurs

Privé

  • Le groupe Congo Energy, membre de Group Forrest International (Belge) est l’entrepreneur chargé de la gestion du projet sous la forme d’un contrat Engineering Procurement Construction (EPC) qui confit au groupe la gestion globale du projet.
  • L’entreprise Tractebel (Belge), membre du Groupe Engie (Français) apporte un soutien logistique.
  • Enfin, les entreprises Kamoto Copper Company et Mutanda Mining, détenues par la firme Glencore, sont les investisseurs du projet.

Public

  • La Société Nationale d’Electricité (SNEL) supervise le projet au titre de gestionnaire des infrastructures ainsi que de l’électricité produite. L’Etat Congolais ne semble pas intervenir directement dans le projet.

International

  • La Banque Mondiale contribue en partie au financement du projet par le biais de l’International Development Association (IDA)

Les infrastructures

Le projet comprend trois grands groupes de travaux :

  • Réhabiliter les structures déjà existantes (Inga II)
  • Construire une nouvelle structure de production (Nzilo II)
  • Améliorer les infrastructures de transport (ligne Inga-Kolwezi)

La centrale Inga II

Le barrage Inga II couplé à celui d’Inga I a la plus grande capacité de production de la RDC. Cependant, il fonctionne depuis de nombreuses années largement en deçà de ses capacités.

La centrale Nzilo I et le projet Nzilo II

Situé dans la région minière du Katanga, le barrage de Nzilo I présente des facilités de proximité pour l’acheminement de l’énergie. FRIPT vise à réparer certaines des unités du premier barrage existant, réhabilitant 25MW, et à étudier la construction de Nzilo II, une nouvelle unité reproduction d’une capacité de 120MW, sur la rivière du Lualaba qui traverse la province.

La ligne Inga-Kolwezi

Afin d’assurer le transport de l’électricité produite à Inga jusqu’au Katanga, le projet vise à améliorer les capacités de transmission des lignes à très haute tension et à haute tension entre Inga et Kolwezi, le plus grand centre minier de la région du Katanga.

Pour cela, il s’agit d’investir dans du matériel (transformateurs, compensateurs et filtres harmoniques), de créer un poste de dispersion et une station de conversion à Inga ainsi que de moderniser le poste de réception à Kolwezi afin de permettre la transmission d’une région à l’autre : la Station de Conversion d’Inga (SCI) ainsi relié à la Station de Conversion de Kolwezi (SCK) permettraient de fiabiliser l’acheminement de l’électricité sur les 1 800 km de lignes à haute tension.

Montant des investissements & amortissements

Investissements

Glencore investira un total de 367,1 millions de dollars dans le projet FRIPT à travers sa filiale KCC. Son autre filiale, Mutanda Mining, remboursera à KCC un total de 244,7 million pour sa participation dans le projet.

La Banque Mondiale a fourni 201,5 millions de dollars en 2012 sous forme de subventions pour l’ensemble du projet.

Amortissements

367,1 millions de dollars seront remboursés aux investisseurs avec des intérêts sous forme de réductions de 40% sur les factures de la SNEL transmises à KCC et Mutanda pour leur consommation d’électricité. 10% des fonds investis seront placé dans un fond de maintenance pour assurer l’entretien du réseau.

Bénéfices escomptés

Les investisseurs souhaitent pouvoir couvrir les besoins en électricité des activités minières de leurs entreprises estimés à 450 MW.

Etat actuel du projet

Les études de faisabilité et les plans finaux ont été conduits au début de l’année 2013.

Selon les prévisions de 2013, plusieurs étapes de travaux ont été échelonnées :

  • Début 2015 : fin des réparations de la centrale existante à Nzilo
  • Milieu 2015 : fin des réparations de la première turbine d’Inga Groupe 27
  • Fin 2015 : fin de travaux sur la ligne Inga-Kolwezi
  • Fin 2017 : fin des réparations de la seconde turbine d’Inga Groupe 28

Les réparations de la centrale de Nzilo semblent terminées et la réhabilitation du G27 à Inga II aussi, bien que plus tard que prévu. D’autres lots sont encore en cours d’exécution (mi 2017).